Les travailleurs et travailleuses de l’éducation se disent choquées par l’embauche d’un(e) patron(ne) d’arrière-boutique à 200 000 $ alors que les emplois de 11 membres du personnel de première ligne sont supprimés.

Les travailleurs et travailleuses de l’éducation se disent choquées par l’embauche d’un(e) patron(ne) d’arrière-boutique à 200 000 $ alors que les emplois de 11 membres du personnel de première ligne sont supprimés.

Belleville (Ontario) – Lundi, lors d'une réunion pour se refaire, les conseillers et conseillères scolaires du Conseil scolaire de district de Hastings et Prince Edward (CSDHPE) ont adopté exactement le même budget 2022-2023 qu'ils et elles avaient rejeté la semaine dernière, cette fois par un vote de cinq contre quatre.

Traductions: EN
Curieusement, Nick Pfeiffer, surintendant des services commerciaux et trésorier du Conseil scolaire, a expliqué au cours de la réunion de lundi que la prise en charge d’un poste de surintendant(e) nouvellement créé, au coût supplémentaire d’environ 211 000 $ par année, a été fourni par le gouvernement Ford spécifiquement pour l’embauche d’un(e) autre cadre supérieur(e) d’arrière-boutique.
Arrêtez les tactiques dilatoires. Faites preuve de transparence et fixez une date pour rencontrer l'équipe de négociation du SCFP-CSCSO.

Arrêtez les tactiques dilatoires. Faites preuve de transparence et fixez une date pour rencontrer l'équipe de négociation du SCFP-CSCSO.

Le vendredi 17 juin, l’équipe de négociation du Conseil des syndicats des conseils scolaires de l’Ontario du SCFP (CSCSO) a rencontré le Conseil des associations des conseillers scolaires (CACS), représentant vos employeurs, et le ministère de l'Éducation, représentant le gouvernement provincial. Cette réunion a eu lieu à Toronto, en personne.

Traductions: EN
Nous pensions qu’il serait évident pour les deux parties, les représentants des travailleurs et des travailleuses et les patrons, d’accepter rapidement la même portée centrale que la dernière fois. Pourtant, quelque chose d’aussi simple que cela ne fut rien d’autre qu’une occasion pour le gouvernement provincial de retarder le tout. Ils se disent qu’ils peuvent retarder plus longtemps le début des discussions sur les vrais questions qui vous tiennent à cœur, à vous et aux personnes qui s’occupent des enfants, en faisant traîner la première réunion d’aujourd’hui en une deuxième réunion inutile dans plusieurs semaines. (D’ailleurs, une autre date de réunion n’a pas encore été convenue).
Les salaires des travailleurs de l’éducation en Ontario: l’impact de dix années de compression

Les salaires des travailleurs de l’éducation en Ontario: l’impact de dix années de compression

Au cours de la dernière décennie, les augmentations salariales qui étaient in- férieures à l’inflation ont permis de réaliser des économies de près de 1,3 milliard de dollars uniquement grâce aux revenus des membres du SCFP. Les économies en cours d’année pour 2021 sont près de 225 millions de dollars. Le revenu annuel du SCFP serait supérieur de 4 085 $ en 2021 si cet argent avait été réparti égale- ment entre les 55 000 membres. Au fil du temps, cet écart salarial a eu des effets néfastes profonds sur le bien-être financier et personnel des travailleurs de l’édu- cation. Mais, les soucis se sont étendus aux conseils scolaires eux-mêmes qui sont confrontés à d’importants problèmes de recrutement et de rétention liés à des salaires non concurrentiels.

Traductions: EN
Download the full report here (PDF) Les travaiLes travailleurs de l’éducation du SCFP gagnent en moyenne un peu plus de 39 000 $ par année. Une décennie de restrictions salariales imposées par la loi et de positions de négociation sévères adoptées par le gouvernement et les conseillers scolaires ont fait en sorte que les salaires des travailleurs de l’éducation n’ont pas suivi le rythme de l’inflation et sont tombés sous les tendances établies pour les syndicats du secteur privé et les autres syndicats du secteur public.
Le gouvernement ontarien doit fournir orientation et soutien aux élèves et au personnel travaillant dans les écoles pendant le confinement

Le gouvernement ontarien doit fournir orientation et soutien aux élèves et au personnel travaillant dans les écoles pendant le confinement

Même pendant le confinement d’urgence en cours en Ontario, des milliers d’élèves continuent de fréquenter l’école, où ils sont soutenus par des travailleurs de l’éducation. Pour protéger la santé et la sécurité de tous, le syndicat qui représente 55 000 travailleurs de l’éducation appelle le gouvernement provincial à mettre en œuvre des mesures simples qui réduiront les risques de propagation de la COVID-19.

Traductions: EN
Le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) a dressé une liste de moyens simples et peu coûteux pour réduire les risques courus par toutes les personnes qui passent leurs journées dans une école. Laura Walton, présidente du Conseil des syndicats des conseils scolaires de l’Ontario (CSCSO) du SCFP, a décrit les mesures que le syndicat veut mettre en place dans les écoles qui accueillent encore des élèves : Dépistage obligatoire: Toute personne entrant à l’école devrait passer un dépistage actif et amélioré.
Les travailleurs de l’éducation disent au premier ministre provincial qui se targue de « passer à l’action » : concluez une entente équitable maintenant pour éviter des bouleversements dans les salles de classe en septembre

Les travailleurs de l’éducation disent au premier ministre provincial qui se targue de « passer à l’action » : concluez une entente équitable maintenant pour éviter des bouleversements dans les salles de classe en septembre

Les travailleurs de l'éducation de première ligne sont prêts à se battre pour obtenir ce dont les élèves ont besoin en classe et ce dont ils ont eux-mêmes besoin pour encore mieux faire leur travail.

Traductions: EN
Des années de sous-financement systémique et structurel de la part du gouvernement conservateur, et du gouvernement libéral qui l’a précédé, ont entraîné une pénurie de personnel et des salaires insoutenables pour les travailleurs de l’éducation. Les revendications de ces derniers, si elles sont satisfaites, permettront de résoudre ces problèmes systémiques afin de combler les besoins des élèves et de créer de bons emplois pour les travailleurs de l’éducation, deux objectifs qui profiteront à toutes les communautés de la province.